Avez-vous soudain l’impression que beaucoup de membres de votre famille et de vos amis s’associent à une tribu alimentaire spécifique – une communauté de personnes qui partagent une philosophie alimentaire similaire, qu’il s’agisse de jeûne intermittent, de vegan, de végétarien, de sans gluten, de keto, de paleo, de faible teneur en glucides ou de haute teneur en protéines ?

Est-ce que le fait de voir leur façon de manger et de vivre vous encourage à leur emboîter le pas ? Si c’est le cas, et que vous vous sentez enclin à participer, vous avez probablement entre 18 et 34 ans. Ce n’est pas seulement le fruit de votre imagination1.  Ma carrière prenant une nouvelle direction, j’ai fait des recherches sur la tendance croissante vers les tribus alimentaires. Qui se cache derrière elles et pourquoi ?

Selon les conclusions de l’International Food Information Council (IFIC) publiées en mai 2018, les tribus alimentaires sont en hausse1. Par rapport à la même période au cours de l’année précédente, le pourcentage d’adultes américains appartenant à une tribu alimentaire spécifique est passé de 14 % à 36 % .

Au total, environ 16 % des personnes interrogées suivent un régime alimentaire pauvre en glucides d’une manière ou d’une autre, et les jeunes semblent participer à l’accélération de cette tendance. Les personnes âgées de 18 à 34 ans (45 %) sont beaucoup plus susceptibles de faire partie d’une tribu alimentaire que les autres groupes d’âge. Les adultes de 60 ans et plus sont nettement moins susceptibles de participer à une tribu.

Ces jeunes gens font davantage confiance aux informations basées sur la technologie, telles que les applications de style de vie, les blogs et les médias sociaux, qu’aux approches plus traditionnelles de type universel (« one-size fits all »). Plus un régime alimentaire particulier apparaît dans les médias, plus les jeunes en parlent et plus ils sont susceptibles d’y adhérer.

La plupart d’entre eux ne lisent pas d’articles scientifiques et ne consultent pas d’experts en nutrition. Au lieu de cela, ils suivent les tendances dictées par leurs flux de médias sociaux. Les blogueurs, les communautés en ligne et les influenceurs des médias sociaux font la promotion du mouvement pour le bien-être. La recherche d’informations en ligne sur la santé et la nutrition est désormais un phénomène courant.

Une enquête nationale aux États-Unis a révélé que près de 60 % de tous les adultes ont accès à des informations sur la santé en ligne. Plus d’un quart le font via les médias sociaux. Près de 32 % des adultes américains partagent leurs perceptions et leurs connaissances sur la santé en ligne et 9 % des utilisateurs de médias sociaux ont créé ou rejoint un groupe lié à la santé.

Des générations durant, lorsque les individus s’asseyaient pour dîner, ils s’attendaient à voir plus ou moins la même nourriture dans leur assiette : viande, pommes de terre, légumes et pain.

De nos jours, ce que vous verrez sur une assiette individuelle varie selon la façon dont les mangeurs définissent leur idéologie alimentaire. Aujourd’hui, les styles alimentaires populaires diffèrent. Il n’est pas rare que des différences existent au sein d’une même famille.

Parfois, cette coexistence est harmonieuse, et d’autres fois non. Le conflit entre les tenants du véganisme pur et dur et les adeptes du paleo s’est intensifié. Très souvent, le débat contient une forte charge émotionnelle. En effet, manger est un acte personnel. Les choix alimentaires ne sont pas seulement dictés par les traditions sociales, culturelles et religieuses, mais aussi par des préoccupations éthiques et environnementales et des principes nutritionnels.

Les aspects sociaux des régimes alimentaires n’ont rien de nouveau. Ils ont toujours été une partie essentielle de certaines pratiques spirituelles, religieuses et autres pratiques culturelles. Les aspects éthiques, environnementaux et nutritionnels évoluent rapidement à mesure que les jeunes commencent à assumer la responsabilité de leur santé et de leur environnement. Alors que les individus souffrent de plus de maladies chroniques et invalidantes que jamais auparavant, la recherche d’une santé et d’un poids optimaux pousse les jeunes à prendre leurs responsabilités en matière de santé et à faire ce qu’ils considèrent comme des choix alimentaires sains.

Ils se transforment en leurs propres conseillers en matière de santé, se rendant compte que le meilleur régime est celui auquel ils peuvent s’en tenir. Ils constatent que, même si les régimes-chocs, miraculeux et à la mode, rapides, peuvent fonctionner à court terme, ils ne peuvent pas être maintenus à long terme. Pour gérer leur poids et se sentir au mieux de leur forme, ils recherchent une approche qui leur permette d’adapter leurs habitudes alimentaires à leurs valeurs et attitudes personnelles en matière de santé. Ils optent pour un protocole qui répond à leurs besoins et préférences particuliers, et adhèrent à une tribu alimentaire appropriée.

Les tribus alimentaires sont une source d’inspiration pour ceux qui cherchent à améliorer leur santé mais ne savent pas comment la trouver, et aussi une possibilité de se mettre en rapport avec d’autres personnes qui suivent des process similaires. Les jeunes sont attirés par cette approche, car elle leur permet de se sentir responsables et leur donne un sentiment de communauté et de soutien qui leur était auparavant inaccessible.

Il existe tellement d’informations contradictoires concernant les aliments que les consommateurs doivent manger et éviter que beaucoup deviennent sceptiques et irrités. Pour certains, ce scepticisme induit un sentiment d’inaction et d’évitement de toutes les directives ou une réaction brutale, qui peut potentiellement dissuader les intentions d’adopter des comportements de vie sains.

Pour d’autres, cela favorise une recherche active de « vérité » ou la recherche d’informations provenant de sources perçues comme neutres et exemptes d’intentions cachées. Ils souhaitent également un message nutritionnel plus simple. Ces personnes recherchent des aliments qui leur procurent bien-être et plaisir gustatif, même s’ils sont plus chers. Elles se tournent alors de plus en plus vers des régimes alternatifs, allant du végétalisme/végétarisme au paleo et jusqu’à à des régimes à faible teneur en FODMAP et keto.

Selon l’Australian Institute of Food Science and Technology (AIFST), la réduction de la teneur en sucre et l’augmentation de la consommation de produits végétaux sont à l’origine du mouvement en faveur des aliments de santé6. Les acheteurs recherchent de plus en plus des aliments sans additifs. Beaucoup lisent désormais attentivement la liste des ingrédients.

Les aliments santé sont en train de passer de la catégorie marketing dite de « niche » à celle « grand public ». Le concept de « Sans » se développe, car de plus en plus de consommateurs fuient les produits laitiers, le sucre, le gluten et le blé. La technologie dicte la transparence à travers la chaîne alimentaire, car les individus ont soif de mieux comprendre ce qu’ils mangent. Ils veulent en savoir plus sur les origines de leur nourriture et sur son cheminement complet, de la ferme à l’assiette. Comment leur nourriture est-elle produite ?   D’où viennent leurs aliments ? Et, qu’en est-il de la qualité de ses ingrédients ? lls se posent également des questions plus larges sur la durabilité environnementale. Beaucoup recherchent des marques qui correspondent à leurs valeurs sociales.

À mesure que les jeunes adultes cherchent à avoir une alimentation plus saine, on comprend que cela ne signifie pas la même chose pour tout le monde. Il s’agit de bien plus que de choisir objectivement la bonne quantité de nutriments.

Certaines personnes voient une alimentation saine comme le maintien d’un régime dans lequel les additifs inutiles sont exclus. Pour d’autres, une alimentation saine est un plat cuisiné à la maison avec sa famille. Cependant, pour beaucoup de jeunes adultes d’aujourd’hui, une alimentation saine semble aussi constituer une recherche de valeurs et un mode de vie qui reflète aux yeux d’autrui leur identité et leur appartenance à une communauté. Et c’est en grande partie pour cette raison que les tribus alimentaires sont en augmentation.

  1. International Food Information Council Foundation.2018 Food and Health Survey. mai 2018
  2. Fox S. The social life of health information 2011.Pew Research Centre:Internet, Science and Tech 2011, cité le 9 novembre 2015.
  3. Nagler RH.Adverse outcomes associated with media exposure to contradictory nutrition messages.J Health Commun 2014 19(1): 24-40.
  4. Goldberg JP, Silva SA.Communicating actionable nutrition messages : challenges and opportunities.Proc Nutr Soc Fév. 2011 70 (1) : 26-37.
  5. Vardeman JE, Aldoory L. A qualitative study of how women make meaning of contradictory media messages about the risks of eating fish.Health Commun 2008 23(3) 282-291.
  6. Australian Institute of Food Science and Technology https://www.aifst.asn.au

CATCH YOU AT CHARLI'S

Come down, say hi and enjoy some of our delicious food. We operate a walk-in-only policy during the week, but give us a call to make a reservation for the weekend.

OPENING TIMES

Monday: Closed
Tuesday: Closed
Wednesday: 8h – 17h
Thursday: 8h – 17h
Friday: 8h – 17h
Saturday: 9h – 18h
Sunday: 9h – 18h

Contact us

Follow Us

© Charli’s Crew 2020. All Rights Reserved.